• Aïe Aïe Aïe

     

    Aïe Aïe Aïe

    Aïe Aïe Aïe

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    — Tu crois vraiment que les gens en ont quelque chose à faire de tes états d'âmes ? Tu penses vraiment que quelqu'un s'intéresse à toi ? Réveille-toi.

     

    Emilie resta les bras ballants, digérant ce que son ex-petit ami venait de lui dire. Elle déglutit difficilement. Elle avait tout sacrifié pour lui. Son temps, son argent, son honneur, même pas un merci, un sourire, un hochement de tête. Seulement ça. Pour lui, elle avait commis l'impardonnable, elle avait tué.

    Employé secrètement par sa famille, son ex petit ami jouais le rôle du bourreau dans l'ombre, exécutant ceux qui auraient pu nuire à la réputation de l'entreprise. Il se salissait toujours les mains. Alors même s'il n'était plus ensemble depuis un moment, ils restaient amis. Elle avait juste pensé qu'elle pourrait le soulager d'un poids. Elle déglutit difficilement. Les grandes baies vitrées de la pièce à vivre laisser rentrer mes reflets orangés du soleil. Ils apportaient à Matthieu un semblant de chaleur humaine, qui n'existait visiblement déjà plus dans son cœur. Guidé par son instinct, il avait débarqué chez elle à l'instant où elle s'était effondrée de fatigue sur le canapé. Avec une extrême lenteur, elle était venue lui ouvrir la porte et il n'avait eu qu'à voir les bleus sur son visage pour comprendre qu'elle avait fait son travail à sa place. Elle avait fermé la porte derrière lui et ils demeuraient maintenant debout au milieu du salon.

    Au fond d'elle, Emilie pensait vraiment qu'il allait s'excuser. Il aurait pu dire que ces mots avaient dépassé sa parole par exemple. Il n'en fit rien et le pire était que le flegme avec lequel il lui avait craché ça montrai bien qu'il le pensait vraiment. Elle sera les poings :

    — Si. Ils comprendront. Ils sont empathiques, contrairement à toi. Murmura-t-elle

     

    Mathieu ouvrit grands les yeux et s'approcha d'elle. Son estomac se retourna. L'homme qu'elle avait tué avait laissé échappé qu'il travaillait en secret avec lui. Elle ne connaissait donc pas réellement l'homme qui était avec elle, puisqu'il s'était associé au pire des monstres.

    — Tu sais très bien que je dis pas ça pour te faire de la peine. Mais que tu sois de la famille ou pas, ton frère te tueras pour ce que tu viens de faire.

    Il voulut lui caresser la joue en signe d'affection, mais ses paroles avaient eu l'effet d'une décharge électrique, elle se recula et lui lança un regard noir. Il avait le don de dire les choses les plus blessantes, avant d'agir comme si ça n'avait été qu'une banalité. En tuant cet homme, elle savait qu'elle s'exposait à des nombreux dangers. Il faisait parti d'un clan rival et ces derniers enverraient très prochainement leur propre tueur à gage pour se venger, ce qui entraînerait inévitable une guerre entre les deux familles, dont elle serait à l'origine, parce qu'elle, c'était précipité, parce qu'elle n'était pas faite pour ce métier, contrairement à lui. Mais elle assumait, et elle n'avait besoin de personne pour la protéger. Et certainement pas lui.

    Seulement, elle ne savait pas s'il, elle aurait le courage d'en finir avec lui. Pas encore du moins....

    * * *

    Et voilà pour ce premier écrit, je ne suis personnellement pas très fière, dîtes-moi en commentaire si cela vous a intéressé, ou intrigué...

    * * *


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :